5. L'art philatélique,  art majeur en miniatures
Technique de reproduction onéreuse, destinée aux éditions bibliophiles de luxe, la taille-douce reste présente dans deux domaines quotidiens : les timbres-poste et, dans une moindre mesure, les billets de banque. Motif : la qualité d'impression et la finesse des traits qui rendent impossibles les falsifications au moyen de photocopieuses ou d'imprimantes d'ordinateurs. C'est ainsi que nos Marianne ordinaires sont toujours fabriquées au moyen de ce procédé. Malgré l'emploi des techniques modernes multicolores, la taille-douce, servie par des graveurs d'une grande habileté, reste la technique fétiche des amateurs de timbres. 
descartesPT
Un beau travail qu'on peut encore
apprécier sous la loupe... 
(
Gravure de Martin Mörck) flecheflechefleche

auray
Parfaite pour les portrait ou les monuments, la taille-douce ne reproduit pas fidèlement les oeuvres artistiques. En ce cas, les procédés photographiques lui sont supérieurs.
descartes GD
latour
Georges de La Tour  (taille-douce)
gerome
J-L Gérôme (d'après photo)
Alors que le timbre Un combat de coq, de Jean-Léon Gérôme sert totalement le tableau original en lui étant le plus fidèle possible, le Nouveau-Né "d'après" de La Tour n'est qu'une interprétation de l'artiste-graveur. Reste un travail de gravure admirable : le chef-d'oeuvre, c'est le timbre.

Petits aperçus de philatélie pages      1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8