Retour à la page des réunions

accueil
En bref : réunion du 10 septembre 2006
Parmi les sujets abordés lors de la réunion : la profusion et le coût élevé des timbres personnalisables.
Le texte ci-dessous reprend et développe les arguments énoncés.

Les timbres personnalisables

Depuis quelques années, La Poste propose des timbres avec vignette attenante personnalisable.  Le service est attractif car il permet de réaliser des affranchissements originaux. Son prix : 0,50 euro par vignette. Pour les collectionneurs n'ayant pas d'accès à Internet ou ne désirant pas l'utiliser, La Poste émet des timbres "pré-personnalisés", terme abusif puisque, dans ce cas, la vignette a reçu une impression standard n'ayant pas le plus petit rapport avec un début de personnalisation. Pour corser le jeu et doubler artificiellement ses ventes, La Poste a conçu deux logos : "timbre personnalisé" et "Cérès" pour ces vignettes facturées "seulement" 0,30 euro l'unité. Avec cette personnalisation "partielle", La Poste se targue de faire une fleur aux collectionneurs en ne leur comptant qu'une partie du prix !  Il est vrai qu'elle est habituée, depuis plus de cent cinquante ans, à leur faire payer des services qu'elle ne leur rend pas. 
Ces timbres personnalisés posent donc des questions d'éthique. Ils créent également des problèmes techniques à notre service des Nouveautés.
Ils sont généralement émis en feuillets de
.10. Souvent dix timbres identiques, parfois avec cinq dessins différents, voire avec des variantes. Les sociétaires les veulent-ils malgré l'important surcoût (actuellement, La Poste propose trente feuillets pour un montant supérieur à 240.euros !) ? Si oui, en feuillet entier, à l'unité ? Le club sera-t-il toujours en mesure de les fournir (les feuillets Meilleurs voeux 2006 ont été rapidement épuisés...) ? Une enquête sera lancée parmi les sociétaires. Il semble toutefois fort dommageable pour la philatélie, à moyen et long terme, de suivre La Poste dans ces excès. Acheter ces timbres semi-personnalisés, c'est cautionner cette débauche de produits annexes qui ressemble à une fuite en avant. Les timbres ne représentent plus qu'une minuscule partie du budget philatélique annuel (*). On assiste à une explosion de présentations qui ont pour effet (but ?) de vendre dix, vingt, vingt-cinq fois le même timbre sous diverses présentations. Un sale coup pour la philatélie car elle aboutit à un découragement des collectionneurs les plus fidèles. Phil@poste s'est fixé comme objectif de doubler son chiffre d'affaires. Mais vendre du timbre et des produits dérivés de la philatélie n'a rien à voir avec la philatélie. Certes, l'argent des acheteurs occasionnels vaut celui des collectionneurs. Mais seuls les seconds font vivre la philatélie. A ceux qui, découragés par cette multiplication de produits coûteux et inutiles, veulent mettre un terme à leur collection, le message devrait être : n'arrêtez pas la philatélie sous prétexte que le budget des nouveautés explose. Il existe d'autres voies :
1 : limitez vos achats en exerçant votre auto-déterminisme. N'achetez pas ce que vous trouvez sans intérêt ou dommageable. Ne laissez ni La Poste ni les éditeurs de pages d'album pré-imprimées décider ce que vous devez collectionner.
2 : reportez plutôt ce budget "Nouveautés" sur des timbres plus anciens, voire sur des spécialités ou de nouvelles collections.
Gober tout ce qui sort, c'est contribuer à l'étouffement de la philatélie ; acheter des timbres anciens, c'est soutenir le marché et les principales composantes de la philatélie.


(*) Autre exemple : après avoir négligé les entiers postaux pendant un demi-siècle, La Poste a "découvert" les prêt-à-poster et propose désormais un abonnement annuel au prix de 255
.euros !!!

 Donnez-nous votre avis.                                                                    





A paraître (sélection)
aviation ss frontiere
Un style naïf et juvénil pour
Aviation sans Frontières (9 octobre)
marianne lamouche 1.30marianne lamouche 2.11
De nouvelles Marianne pour la hausse des tarifs du 1er octobre, avec des inflations record de 0,64 à 0,70 euro (+ 9,37 %), de 1,22 à 1,30 euro, de 1,98 à 2,11 euro (+ 13 c).
Suite de la série "Portrait de régions", toujours aussi irrégulières dans le choix des sujet et du tratement informatif et esthétique où la plus grande banalité côtoie certaines orignalités.
chaumontbroceliande
Jolis timbres sur le château de Chaumont-sur-Loire et la forêt de Brocéliande. Quant à la croisette (de Cannes...) elle n'a rien à gagner de cette vue lointaine

croisettelourdes
On notera la présence d'une statue de la vierge sur le timbre de Lourdes. Une émission précédente, dans les années 1950, avait suscité une levée de bouclier des laïcs qui avaient obtenu la stricte application de la loi républicaine par un traitement purement touristique du lieu.






Attention aux faux :
QUIZ
Comme à chaque réunion, des quiz et des documents étonnants étaient soumis à la sagacité des sociétaires. Ce mois-ci :
Pourquoi en 1936, à dix jours d'intervalle, la Poste a-t-elle émis deux timbres de 50 francs, le "burelé" et le "vert", alors que cette somme considérable (comme si La Poste sortait deux timbres de 50 euros cet été) devait immanquablement mécontenter les philatélistes ?

Les faux timbres ont toujours existé. Ils sont seulement plus nombreux actuellement, et sur des timbres pas nécessairement rares. Parmi les plus falsifiés, en ce moment : les surcharges "Bâtiment de ligne Richelieu" et le bloc "Ours" de la LVF. La quasi-totalité de ce qui est proposé, notamment sur Internet, est faux.  Archi-faux.
bloc ours fauxfaux richelieu


50 francs de 1936


Pour donner ou demander la bonne réponse,
c'est ici :  
?




Document made with Nvu